Quoi de neuf ?

Prochaine revue Août 2017 n°624: Les souffrances des enfants « dys-« 

 Numéro 624 – Revue trimestrielle

Les souffrances des enfants dysDans la revue : 

Cet ouvrage est à paraître (8.00 €)

S’abonner              Couverture HD
Menu :

Mal connus des parents et des enseignants, et parfois sous-estimés par ces derniers, les troubles dys- (dyslexie, dysphasie, dysorthographie, dyscalculie, dyspraxie) génèrent de véritables handicaps et souffrances scolaires. Ils concerneraient 6 à 8 % de la population, principalement des garçons. Comment explique-t-on ces troubles des apprentissages, d’un point de vue scientifique ? À quel âge peut-on les diagnostiquer et comment les prendre en charge, en tant que professionnel, et en tant que parent ? Par ailleurs, n’aurait-on pas tendance, en France, à médicaliser l’échec scolaire, pour l’excuser ou par stratégie ? L’école des parents tente d’éclairer le débat à l’aide des spécialistes concernés : orthophonistes et psychologues, enseignants et professeurs en sciences de l’éducation.

Ressources: Contacts en Seine Maritime

Association APEDYS Site Internet : http://www.apedys.org
e-mail : apedys.27.76@gmail.com

Association  RAPSODYS (Relais associatif pour prendre soin de la dyslexie) 114 rue Jules Siegfried 76600 Le Havre Tél. 06.75.74.71.22 Information, soutien scolaire et professionnel. Démarches administratives. Ateliers peinture et musique.

Fédération française des Dys

Sept pédagogues de l’Asie : questionnements pour l’éducation d’Alain Trouvé

Sept pédagogues de l’Asie : questionnements pour l’éducation

 

Conférence d’Alain Trouvé, Maître de Conférences (honoraire)

Université de Rouen, Département des Sciences de l’éducation

 

Pour École des Parents et des Éducateurs de la Seine Maritime–  23 mai 2017

Cette conférence reprend le contenu de mon ouvrage Pédagogues de l’Asie. Sept « sages pédagogues » de la Chine et de l’Inde. Textes choisis et présentés par Alain Trouvé, publié chez Fabert en 2014 dans la collection « Pédagogues du monde entier » dirigée par Jean Houssaye. Le livre lui-même est issu d’un travail de recherche mené au sein du laboratoire des Sciences de l’éducation en matière de philosophie de l’éducation et d’histoire des idées pédagogiques. Il s’agissait pour moi de promouvoir la pensée pédagogique en l’élargissant à des contextes – historiques et culturels – inhabituels. Mais ce n’est pas tant la soif d’exotisme qui m’a motivé, que le désir de faire connaître des pensées éducatives et pédagogiques d’ailleurs, cela dans le but de nourrir la discussion en ces matières[1].

En fait, lorsque l’on aborde ces pensées, si l’on éprouve effectivement une forte impression d’étrangeté, celles-ci n’en conservent pas moins une grande actualité. C’est ce qui confère à leur message et à leur enseignement une portée universelle.  Or, j’estime que ces différentes figures de la sagesse asiatique, antique et moderne, nous intéressent encore dans la mesure où leurs doctrines nous interpellent et nous questionnent en dépit de leur éloignement culturel.

La trame de cette conférence se structure en trois parties. Dans la première, il est question des grandes thématiques que ces « sages pédagogues » ont en commun. La seconde insiste, d’un côté, sur les spécificités des auteurs de la Chine antique et, de l’autre, sur celles de ceux de l’Inde contemporaine. Enfin, la troisième, récapitule les thèmes et thèses caractéristiques de chacune de ces figures de la sagesse asiatique[2].

Les auteurs en question :

Confucius : 551-479 av. J.-C.

Mencius : 370-290 av. J.-C.

Lao-Tseu : Ve-IVe s. av. J.-C.

Rabindranath Tagore : 1861-1941

Sri Aurobindo : 1872-1950

Svâmi Prajnânpad : 1891-1974

Jiddu Krishnamurti : 1895-1986

[1] Remarque : ce travail se démarque d’une vision folklorique des pensées extra-européennes, et notamment asiatiques, véhiculée par l’idéologie new age et par l’idéologie du développement personnel. Notons au passage que le goût prononcé pour l’ « ailleurs », cédant, en l’occurrence, à un orientalisme fortement idéalisé, est typique d’une vision « occidentalocentrée » de ces pensées et des cultures qui les accompagnent.

[2] Bien entendu, je n’ai pu dresser qu’un tableau simplifié, voire caricatural, des différentes pensées évoquées ici. Le lecteur perspicace pourra se reporter à mon ouvrage d’où est issue cette conférence. Par ailleurs, je n’ai retranscrit ici que les notes ayant servi de support à ma conférence.

Notes de la conférence au format PDF

Rapport du HCE  » Formation à l’égalité filles-garçons »: faire des personnels enseignants et d’éducation les moteurs de l’apprentissage et de l’expérience de l’égalité »

Rapport du HCE « Formation à l’égalité filles-garçons : faire des personnels enseignants et d’éducation les moteurs de l’apprentissage et de l’expérience de l’égalité »

>> Télécharger le rapport  : bit.ly/2mvMXWe

L’école est un haut lieu de socialisation et donc de développement intellectuel, social et affectif : les élèves y passent environ 30 heures par semaine pendant les 18 ans que dure en moyenne leur scolarisation. Elle est également à l’image de la société : elle est traversée par des inégalités sociales, liées à l’origine sociale ou au sexe, qu’elle peut reproduire. Pour changer durablement les mentalités et déconstruire les stéréotypes de sexe, l’éducation à l’égalité doit commencer dès le plus jeune âge.

Si la mixité est instaurée depuis 1975 à l’Ecole, elle ne garantit pas l’égalité. Les travaux de recherche le montrent depuis 20 ans : les personnels enseignants et d’éducation sont aux prises, comme l’ensemble de la société, avec les stéréotypes sexistes…

Cliquez  sur le lien pour accédez au site du Haut-conseil à l’égalité entre les hommes et les femmes

Merci à Julie Trouvé, CPE au Lycée Ferdinand Buisson d’Elbeuf qui nous donne son accord pour diffuser sa fiche de lecture de ce rapport.

FICHE DE LECTURE Formation à l’égalité entre les hommes et les femmes, Julie Trouvé Conseiller Principale d’Education

« La parentalité en solo  » Numéro 623 – Revue trimestrielle L’école des parents – La revue

« La parentalité en solo « 

Numéro 623 – Revue trimestrielle    

Vous pouvez le commander dès à présent et il vous sera envoyé le jour de sa parution.

  1 numéro  –  8.00 €                           S’abonner
Menu : Sommaire

En 2016, un enfant sur cinq vit dans une famille monoparentale. Les famillesLa parentalité en solo monoparentales, qui sont près de 3 millions en France,  ne sont plus une exception à la norme. Qui sont ces parents en solo dont la moitié d’entre eux ne souhaitent pas recomposer une famille traditionnelle ? Ont-ils inventé un nouveau modèle familial, moderne, adapté à notre époque individualiste, et qu’ils assument ? Ou, à l’inverse, subissent-ils leur sort et souffrent-ils d’isolement, voire de précarité ? Quelles sont leurs attentes, leurs besoins, leurs craintes ? Comment accompagner celles et ceux qui peinent à élever leurs enfants ? Sociologues, psychologues et acteurs de terrain se penchent sur ces familles contemporaines, tantôt jalousées, tantôt stigmatisées.

Deux programmes d’éducation à la sexualité portés par le Planning familial

Le projet Parlons jeunes, parlons éducation à la vie affective et à la sexualité a été officiellement lancé lundi 10 avril 2017. 

Le Défenseur des droits participe de nouveau au projet Parlons jeunes qui permet de donner la parole à une douzaine de jeunes de 14 à 18 ans. Proposé par le Réseau européen des Défenseurs des enfants, ce projet est ainsi réalisé en parallèle dans 11 pays européens. La thématique 2017 est « l’éducation à la vie affective et à la sexualité ». L’éducation à la sexualité, sert à déconstruire les stéréotypes qui enferment les personnes dans des catégories et légitiment les inégalités. Le projet « Parlons jeunes » a pour but de donner la parole aux jeunes sur des sujets qui les concernent. Parlons jeunes permet à la fois de sensibiliser le public sur les droits de l’enfant et d’éduquer à la citoyenneté. Les propositions seront ensuite présentées aux Défenseurs européens des enfants afin d’être reprises dans leur déclaration annuelle.

 

Lien vers le site  Parlons jeunes, parlons éducation à la sexualité ! 

Un programme « genre et santé sexuelle » : une nouvelle dynamique qui s’inscrit dans les évolutions sociétales et dans les pratiques du mouvement Planning Familial.

Le programme « Genre et santé sexuelle » s’inscrit dans la perspective et dans  la poursuite des objectifs et des actions initiés dans les programmes que le Planning Familial anime depuis 1998, (CSV) contraception sexualité vulnérabilité et (RRS) réduction des risques sexuels. Mieux connaitre son corps et parler de sexualités, renforcer ses connaissances de tous les risques sexuels, mais aussi informer sur tous les moyens de protection et mettre en évidence les entraves socio-culturelles aux comportements de prévention : c’est le challenge qu’a porté avec succès les animatrices et animateurs de ces programmes.

Lien vers le site Genre et santé sexuelle

Nouveau: Jeu ESTIMO : jouons avec nos 5 sens pour mieux nous connaître

Pour prendre conscience de nos aptitudes sensorielles, analyser nos usages, apprécier ce que nos environnements nous apportent pour bien grandir, tels sont les défis proposés aux enfants dans le kit pédagogique « Estimo ».

 😉 LE KIT est conçu pour des groupes d’enfants de 32 participants maximum afin de garantir la qualité des échanges et la place de chacun dans le groupe.

ACCESSIBLE de 7 à 10 ans. 

LES ACTIVITÉS peuvent être déployées indépendamment les unes des autres, selon les objectifs pédagogiques recherchés et les temps d’animation disponibles.

Objectifs pédagogiques généraux :

– comprendre comment les 5 sens nous accompagnent dans notre perception du monde ;
– qualifier les 5 sens comment moyen d’appréhension, de jugement et/ou de reconnaissance de nos environnements et de nous-mêmes ;
– connaître nos aptitudes sensorielles et ce qu’elles nous révèlent sur notre capacité à communiquer avec le monde ;
– apprécier comment les 5 sens aident à gagner en confiance en soi pour découvrir le monde et sa diversité ;
– déterminer des défis personnels et collectifs pour aller à la découverte du monde ;
– développer l’envie de jouer avec les sens pour mieux découvrir le monde et soi-même.

Ce jeu peut être commandé à partir du site de la FNEPE en cliquant sur le lien Jeu ESTIMO

Regardez la vidéo de présentation du jeu

Télécharger le PDF >

Dossier de la revue L’école des parents: L’éducation positive en questions

Dossier de la revue L’école des parents:

L’éducation positive en questions

Numéro 622 – Revue trimestrielle janvier-mars 2017

L’éducation positive, ou bienveillante, est partout : elle envahit les rayons des libraires, les pages psy des magazines et les blogs ; les ateliers de parents et les écoles qui s’en inspirent se multiplient en France… Mais qu’est-ce que l’éducation positive, au juste ? Quels sont ses objectifs, ses méthodes, ses courants ? Quels sont ses fondements théoriques, de la communication non violente aux neurosciences en passant par l’écoute empathique ? Comment expliquer son succès d’un point de vue historique et sociologique ? L’éducation positive, respectueuse des besoins de l’enfant, est-elle une révolution dans l’histoire de l’éducation, ou une approche réductrice avec des risques de dérive dogmatique ? L’école des parents, acteur reconnu de l’accompagnement à la parentalité, se devait d’approfondir cette thématique à l’aide de spécialistes de toutes disciplines – adeptes ou sceptiques – pour vous aider à vous forger votre propre opinion.

Lien pour le sommaire de la revue et du dossier

Revue écrite avec la participation de Jacques BAROU, Jean CHAMBRY, Arnaud DEROO, Pascal DESCLOS, Isabelle GRAVILLON, Catherine GUEGUEN, Marie-Aude IOCHEM, Catherine JACQUET, Anne LAMY, Anne LE PENNEC, Bernadette MACE, Philippe MEIRIEU, Agnès MOREL, Peggy PIRCHER, Nicole Et Bernard PRIEUR, Laure REYNAUD, Béatrice SABATE, Karine SULPICE, Serge TISSERON


Dans la revue : 1 numéro  8.00 €   Revue Ecole des parents EPE

Pour s’abonner cliquer sur Abonnement

 

Vendredi 9 décembre 2016: Soutenir, accompagner, étayer la scolarité d’enfants avec les parents et les enseignants : postures et dispositifs avec Laurent Lescouarch

L’école des Parents et des Éducateurs de Seine Maritime avec la Caisse d’allocation de Seine Maritime, organise la 5eme et dernière journée départementale de formation des coordinateurs du dispositif CLAS. Afficher l'image d'origineAfficher l'image d'origine

Ce rassemblement aura lieu le:

Vendredi 9 décembre 2016 de 8h30 à 11h30 et de 12h30 à 16h30 à l’auditorium du Lycée technique agricole de Yvetot- Auzebosc (76)

Cet événement a pour objectif de réunir l’ensemble des participants des 4 premières journées, ainsi que des animateurs et des parents supplémentaires et d’être un temps de réflexion et de partage d’expériences .

Laurent LESCOUARCH Laboratoire CIVIIC Université de Rouen, interviendra le matin sur le thème: Soutenir, accompagner, étayer la scolarité d’enfants avec les parents et les enseignants : postures et dispositifs.

L’après midi sera consacrée à des échanges de pratiques en direction des trois piliers du CLAS, la communication avec les enseignant, l’ouverture culturelle et la participation des parents

Inscription obligatoire par mail eperouen@ecoledesparents.org ou par la fiche contact du site www.epe76.fr

École des parents et des Éducateurs 76

9, hameau des brouettes 76100 Rouen

Pour tous les renseignements appeler le :  0235893627

Enquête de la CNAF: Les attentes et besoins des parents en matière d’accompagnement à la parentalité

Les attentes et besoins des parents en matière d’accompagnement à la parentalité

La Dser de la CNAF vient de publier une enquête sur les attentes et les besoins des parents, en voici un extrait. Afficher l'image d'origine

« Un tiers des parents participerait « certainement » et quatre sur dix participeraient « peut-être » à une action correspondant à leurs besoins Si demain, une action s’adressant aux parents et correspondant à leurs besoins et attentes était menée près de chez eux, 34 % des parents enquêtés déclarent qu’ils s’y rendraient certainement et 44 % qu’ils s’y rendraient peut-être. A contrario, 7 % ne se déplaceraient sans doute pas et 6 % certainement pas (9 % n’ayant pas d’avis). Ces résultats témoignent d’un intérêt des parents à l’égard d’actions susceptibles de les accompagner dans l’exercice de leur rôle, sous condition qu’elles soient en adéquation avec leurs aspirations. Les caractéristiques sociologiques des parents ou l’âge des enfants n’ont que peu d’effet sur l’intention de participation à une action de soutien à la parentalité. Cette intention est par contre sensible, d’une part aux difficultés rencontrées concernant l’exercice de la fonction parentale, d’autre part à la propension à solliciter des conseils ou une aide externe au foyer. Les parents jugeant leur rôle « pas du tout facile » et ceux qui sollicitent fortement un appui sont aussi ceux qui envisagent le plus fortement de participer à une telle action : la moitié d’entre eux déclare qu’ils y participeraient certainement. Les parents qui n’envisagent pas de participer à des actions d’accompagnement à la fonction parentale invoquent surtout une absence de besoin en la matière (57 %). Le manque de temps est cité par 14 % de ces parents et le manque d’intérêt par 7 % d’entre eux. »

A la question « Concernant vos enfants, parmi ces aspects, quels sont aujourd’hui les deux points qui vous posent finalement le plus de difficultés ? »  En premier viennent les difficultés concernant l’éducation des enfants liées à la scolarité des enfants : réussite, orientation, devoirs à la maison puis la santé des enfants : alimentation, sommeil, hygiène, maladie… en troisième position viennent les nouvelles technologies : Internet, téléphone portable, jeux vidéo puis la relation avec les enfants : autorité, gestion des conflits, communication…en cinquième position viennent les violences (verbales ou physiques) : agression, racket, harcèlement puis le comportement des enfants : politesse, respect, fréquentations…en finissant par les conduites à risque : alcool, drogue, sexualité.

Lien vers le  N°165 juillet 2016,  l’e-ssentiel : Les attentes et besoins des parents en matière d’accompagnement à la parentalité, Auteurs: Arnaud Crépin Tmo Régions et Jeanne Moeneclaey  de la Cnaf – Dser

Publication électronique de la Caisse nationale des Allocations familiales Direction des statistiques, des études et de la recherche

Grand concours de dessin : « Une éducation bienveillante, c’est une éducation sans violence »

Grand concours de dessin : « Une éducation bienveillante, c’est une éducation sans violence »

En partenariat avec la Caisse nationale des Allocations familiales (Cnaf) et l’Ecole des loisirs, Laurence Rossignol, Ministre des Familles, de l’Enfance et des Droits des Femmes, invite petits et grands à participer à ce grand concours de dessin sur le thème de l’éducation bienveillante.

Sans culpabiliser les parents qui, à un moment, n’ont pas imaginé d’autres solutions, il est possible de trouver des appuis dans les lieux de soutien à la parentalité pour une éducation sans violence. Dans cette perspective, ce concours à destination des familles a pour objectif d’entendre ce que les enfants ont à en dire, d’encourager une réflexion du côté des parents et de favoriser un échange entre parents et enfants sur le sujet au travers du dessin.

Sur fond d’esquisse de Jean-Luc Englebert, illustrateur belge de livres pour enfants, parents et enfants sont invités à compléter cette illustration.

Pour participer et connaître les conditions de ce concours, il suffit de s’inscrire et de télécharger le dessin du concours disponible en version pdf sur le site mon-enfant.fr

Attention, vous avez jusqu’au 30 septembre 2016 à minuit pour envoyer votre candidature